Article

La garantie panne mécanique : c’est quoi au juste ?

Tomber en panne – en ville, en pleine campagne, sur l’autoroute… – est le grand cauchemar de tout automobiliste. En plus du préjudice de se retrouver immobilisé sans véhicule, le coût financier d’un tel sinistre peut rapidement atteindre des montants aussi elevés qu’imprévisibles. Que vous ayez acheté un véhicule neuf ou récent, ou bien une voiture de deuxième ou troisième main, la garantie panne mécanique est une option extrêmement utile que vous pouvez souscrire dans le cadre de votre contrat d’assurance auto. Les contours de cette garantie peuvent néanmoins se révéler assez complexes à cerner : voici en détail tout ce qu’il faut savoir pour éclairer votre choix et protéger votre véhicule en toute sérénité !

  • #véhicule
Lecture 3 min

La garantie panne mécanique, une option sécurisante pour votre auto

Comment ça marche ?

La garantie panne électrique permet la prise en charge par votre assurance de la remise en état de votre véhicule suite à une panne. Elle couvre à la fois les pièces et la main d’œuvre.

Une fois le remorquage du véhicule effectué, un devis de réparation sera réalisé avec votre assureur. Votre voiture sera ensuite bien souvent réparée dans un garage agréé et partenaire, mais vous gardez le choix de sélectionner le réparateur que vous souhaitez. Selon votre assureur, vous pouvez avoir ou non à avancer les frais.

Pourquoi souscrire une garantie panne mécanique ?

Pour une voiture neuve, la garantie panne mécanique peut servir de relais de la garantie constructeur (et de l’extension de garantie si vous en avez souscrit une), une fois celle-ci expirée. Or, les pannes de véhicule neuf surviennent très souvent au-delà de cette période de garantie ! Une telle option s’avère donc particulièrement intéressante si vous avez acheté un véhicule de valeur dont vous souhaitez prolonger la protection. 

Rappel

La garantie constructeur est une obligation légale pour le constructeur, qui le contraint à prendre à sa charge toute réparation liée à une pièce défectueuse, qu’elle soit mécanique, électrique ou électronique. Elle est gratuite pour le client et valable entre 1 et 2 ans (ou parfois jusqu’à un certain kilométrage).

Pour les véhicules d'occasion, la garantie panne mécanique peut également s’avérer très intéressante, pour éviter toute mauvaise surprise après l’achat. Les véhicules plus anciens ou au kilométrage élevé sont davantage sujets à des pannes que les véhicules neufs ! Par ailleurs, si vous souhaitez revendre plus tard à votre tour le véhicule, avoir souscrit une telle garantie est de nature à en augmenter la valeur mais aussi à rassurer le potentiel acheteur, qui aura la certitude que celui-ci aura été entretenu dans de bonnes conditions.

Une option payante et facultative

Pour rappel, les assureurs proposent généralement plusieurs formules d’assurance :

  • Assurance au tiers : elle est obligatoire, et couvre votre responsabilité civile en cas d’accident, c’est-à-dire les dommages corporels et matériels que vous pourriez infliger à autrui ;
  • Assurance au tiers « plus » ou intermédiaire : elle inclut souvent une garantie dommages de base (incendie et vol, bris de glace, catastrophe naturelle, éventuellement collision), une garantie personnelle du conducteur (en cas de dommages corporels que pourriez subir) ou encore une protection juridique en cas de litige (frais d’avocat, de procédure…) ;
  • Assurance tous risques : ce sont les formules d’assurances les plus complètes, où l’on retrouve fréquemment une garantie panne mécanique. Un vaste choix d’autres options est également proposé, allant de la garantie dommages tous accidents à la couverture du contenu du véhicule, en passant par son indemnisation à neuf en cas de destruction ou de vol.

La garantie panne mécanique est ainsi toujours une option payante à souscrire dans le cadre de votre contrat d’assurance auto : elle n’est jamais incluse dans la formule de base. Elle peut aussi faire l’objet d’une option spécifique souscrite isolément, hors formule.

À retenir

En complément de la garantie panne mécanique, vous pouvez ainsi souscrire d’autres options pour compléter votre protection en cas de sinistre : assistance (qui prend en charge le remorquage), prêt de véhicule…

Les points d’attention

Plusieurs éléments sont à prendre en compte lorsque vous souscrivez une garantie panne mécanique, afin de vous éviter toute mauvaise surprise le jour où vous souhaiterez l’actionner.

  • Délai de carence

Le délai de carence prévoit que vous ne pourrez pas être indemnisé en cas de sinistre avant un certain temps suivant la signature du contrat. Ce délai peut varier entre 6 et 12 mois, parfois plus. Attention donc si vous souhaitez prendre le relais d’une garantie constructeur : il vous faut alors souscrire l’option avant l’expiration de celle-ci !

  • Coefficient de vétusté

Pour chaque pièce remplacée, l’assureur va appliquer un coefficient de vétusté pour prendre en compte l’ancienneté de la pièce et du véhicule. Le principe est que votre véhicule doit être remis en état de marche sans que sa valeur n’ait augmenté au passage. Ainsi, seul un pourcentage de la valeur de la pièce vous sera remboursé. Le coût de la main d’œuvre est, quant à lui, systématiquement pris en charge dans son intégralité.

  • Plafonds d’indemnisation

Vous ne pouvez généralement être indemnisé que jusqu’à un certain plafond, qui varie énormément selon les contrats – pensez à vérifier ! Selon les niveaux de garantie mais aussi le type de véhicule, celui-ci peut aller typiquement de 1 500 € jusqu’à 15 000 €.

  • Situations non couvertes

Les pièces défectueuses liées à l'usure – c’est notamment le cas des systèmes de freinage ou d’embrayage – ne sont pas inclus dans la garantie panne mécanique. Par ailleurs, cette garantie n’est pas disponible pour certains véhicules trop anciens, généralement lorsque le kilométrage dépasse 200 000 km ou qu’il est âgé de plus de 15 ans.

Les tarifs

Le montant de la surprime que vous allez payer peut varier énormément d’une formule à l’autre. Il va dépendre essentiellement de :

  • L’étendue de la couverture : souvent, le niveau de garantie prévoit un nombre limité de familles de pièces qui peuvent être prises en charge – à vous de définir le périmètre de protection adapté à vos besoins et à votre budget ;
  • L’âge et la valeur du véhicule : le montant de la surprime augmente avec l’âge du véhicule (le risque de panne augmente avec le kilométrage et les années), mais également avec la valeur à neuf du véhicule ;
  • La durée de la couverture : il est très fréquent que la garantie panne mécanique soit elle-même d’une durée limitée, à l’instar de la garantie constructeur, et qu’elle doive donc être renouvelée ;
  • La longueur du délai de carence : si vous souhaitez raccourcir ce délai et bénéficier d’une couverture dans des délais courts, il vous faudra bien souvent payer un supplément.

En moyenne, le surcoût d’une garantie panne mécanique dans un contrat d’assurance auto est généralement compris entre 100 et 150 euros sur une base annuelle. À titre de comparaison, un passage chez le garagiste vous coûtera bien souvent plusieurs centaines d’euros, et certaines pièces complexes peuvent faire monter la facture à plusieurs milliers d’euros.

Quels sont les pièces et types de pannes pris en charge ?

Toutes les garanties n’incluent pas les mêmes types de pannes – pensez toujours à bien vérifier le détail du contrat. Pour rappel, selon le niveau de garantie choisi seul un nombre limité (ou illimité si vous souscrivez le niveau de protection maximal) de familles de pièces pourra être pris en charge.

À retenir

La panne ne doit pas résulter d’un vice caché qui n’aurait pas été déclaré, ou encore de l’usure normale des pièces – qui relèverait alors du simple entretien du véhicule. La panne doit avoir un caractère imprévisible. Il s’agit donc le plus souvent d’un défaut constructeur.

Pour rappel, les systèmes de freinage et d’embrayage, qui sont sujets à l’usure, ne sont jamais pris en charge. Tout le reste peut théoriquement être couvert. Cela inclut notamment :

Les composants mécaniques et électriques :

  • Moteur (carter, culasse…)
  • Boîte de vitesse
  • Turbocompresseur
  • Démarreur et alternateur
  • Calculateur moteur
  • Volant moteur
  • Système de direction
  • Système de transmission
  • Système de suspension
  • Système d’injection
  • Circuit d’alimentation
  • Circuit de refroidissement
  • Batterie
  • Climatisation
  • Recirculation gaz d’échappement
  • Cadran

Les composants mécaniques et électriques :

  • Ordinateur de bord
  • GPS
  • Système d’alarme
  • Caméras de recul et aide au stationnement

Les systèmes périphériques :

  • Fermeture centralisée
  • Lève-vitre
  • Toit ouvrant
  • Rétroviseurs
  • Systèmes de confort (sièges chauffants…)
  • Lampes 

Certains contrats listent uniquement les éléments qui ne sont pas couverts par la garantie souscrite, sous la forme d’un « Tout sauf ». Si vous n’y connaissez pas grand-chose en mécanique, il s’agit souvent d’un bon moyen d’avoir une vision claire et sécurisante de l’étendue de votre couverture.

Articles associés

Découvrez les solutions de La Banque Postale