Article

Que signifie concrètement la transition écologique pour un commerce ?

La transition écologique de l’économie constitue une mutation structurelle de grande ampleur qui apparait désormais comme incontournable. Mais comment les commerces peuvent-ils adapter leur modèle ? Et comment les commerçants et les artisans peuvent-ils en pratique commencer ? Quelques réponses.

Lecture 2 min

Au-delà des menaces environnementales en elles-mêmes (changement climatique brutal, raréfaction des ressources naturelles, érosion de la biodiversité), des évolutions économiques fortes intégrant les impératifs de la transition écologique incitent les commerces à adapter leur modèle au regard de la transition écologique. Ainsi, 61 % des Français déclarent tenir compte de critères de développement durable dans leurs achats (d’après une enquête EY de septembre 2021), ce qui confirme la nécessité pour les commerces de s’inscrire dans une logique de durabilité. Par ailleurs, devant la hausse du coût des matières premières et des déchets, les modèles économiques classiques apparaissent de plus en plus onéreux et redonnent une nouvelle pertinence au modèle circulaire.

Dès lors, il n’est pas étonnant que certains changements dans le commerce soient déjà actés : une entreprise sur deux a déjà pris des mesures sur les caractéristiques environnementales des produits, notamment une valorisation des produits durables en magasin, la mise en place de circuits courts, voire des changement de fournisseurs, selon l’étude menée par l’Observatoire du commerce prospectif et parue fin décembre 2021.

Six axes d’adaptation du modèle économique

Sans nier les difficultés liées à la transition écologique, l’étude s’intéresse surtout à la mesure de l’impact de cette transition et aux actions possibles. On en retient une liste de six axes possibles pour adapter le modèle économique :

  • la seconde main soit le réemploi, qui consiste à donner une seconde vie aux produits ;
  • la gestion des déchets et des emballages ;
  • les produits locaux et responsables ou circuits courts ;
  • le « faire soi-même », comprendre le fait que le consommateur participe à l’élaboration du produit fini ;
  • la durabilité des produits, soit le fait de disposer de produits robustes et réparables ;
  • la logistique écologique afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Interrogés sur l’impact de chacune de ses thématiques, les commerçants exerçant dans une entreprise de moins 19 salariés ont identifié trois grandes majeures : la logistique, la gestion des déchets et des emballages, ainsi que l’offre de produits locaux et responsables

Bon à savoir

S’adapter en pratique : des compétences à acquérir

Plus que la création de nouveaux métiers, ces défis nécessitent l’acquisition de nouvelles compétences comme celles d’être en mesure d’identifier correctement des produits locaux et responsables.

Afin de s’engager dans une adaptation du modèle économique, les commerçants et artisans peuvent utilement :

Ceci pourrait aussi vous intéresser